“So spielen oft um uns die Träume

Und gaukeln manchen losen Scherz,

Auch manchen Ernst uns in das Herz.

Glückselig ist, wer, wann er wacht,

Zu sehr nicht auf die Bilder acht’t”

 

droppedimage


Après le répertoire italien et anglais, Capriola di Gioia se tourne maintenant vers la musique allemande. Pour cette occasion, le continuo peut être constitué d’un plus grand nombre d’instruments que de coutume. Le programme parcourt le répertoire baroque allemand de façon chronologique, mais également géographiquement du Nord au Sud du pays. Nous explorons la musique de quelques représentants du stylus phantasticus nord-allemand, comme Weckmann, Scheidemann et Scheidt. Puis, en passant par Buxtehude, nous nous attardons sur l’oeuvre de Telemann et du grand maître Jean Sébastien Bach.

Par ce programme, nous voulons surtout prouver que la réputation de sévérité et de rigidité des compositeurs allemands est imméritée. Pour ce faire, nous avons choisi un répertoire vocal généralement peu connu, alterné avec des concertos et des sonates instrumentales.

Distribution : Amaryllis Dieltiens (soprano), Bart Naessens (clavecin et/ou orgue), flûte traversière baroque – éventuellement un continuo renforcé (violoncelle, théorbe…).