Au 17ième siècle, quelques compositrices ont tenté d’atteindre la célébrité éternelle, mais seulement Barbara Strozzi réussit à avoir – pour son temps     – une excellente réputation.

Cantatrice virtuose célèbre, elle écrivait sa musique inventive, créative et souvent ambiguë d’une façon très persuasive. Une fois elle est très réservée, une autre fois sa musique demande une virtuosité et une dramatique particulièrement technique. Historiquement on ne trouve que très peu de documents sur Barbara Strozzi. C’est le souhait de bien des historiens de trouver quelque part des lettres ou des journaux intimes de cette personne très excentrique.

Beaucoup de mystères restent autour de son curriculum vitae. Il est par exemple frappant qu’elle, en tant que femme, fréquentait régulièrement les réunions de l’Academie degli incogniti (un groupe d’académiciens et d’intellectuels qui se donnaient rendez-vous sous l’impulsion de Francesco Loredano et qui peuvent être considérés comme les fondateurs de l’opéra) . Il y a aussi beaucoup de questions et de confusions autour de sa vie privée. La vie de Barbara Strozzi semble remplie d’hommes mystérieux, de connections et d’amours. Il est évident qu’on essaie de remplir cette lacune par toutes sortes d’histoires. Ainsi Barbara Strozzi est d’une part qualifiée de courtisane et comparée à la geisha japonaise, d’autre part comme étant une artiste érudite.   

droppedimage


Quoiqu’il en soit, sa musique dépasse ces discussions. C’était une prestation formidable, en tant que femme dans la Venise patriarcale du 17ième siècle, de publier 125 œuvres vocales, qui ont toutes sans exception une transcendance et une beauté intemporelle.

Dans ce programme, nous exposons justement ces compositions qui chantent « l’amour ». Toutes les formes , les excès et les conséquences de l’amour ont une place dans notre exploration à travers son œuvre. Tout est possible chez cette dame particulièrement intrigante, la peur passionnée, le chromatisme inquiétant et soudain même de l’humour musical et poétique !

L’auditeur peut ainsi laisser parler sa fantaisie et tout comme l’historien reculer dans le temps. Une recherche captivante de la vérité ou se perdre dans les fantaisies d’une femme dont on sait très peu de choses, mais sur qui des intrigues extrêmes font le tour…

*

Distribution:
Soprano, archiluth & chitarra,clavecin