“Cara sempre a gl’occhi miei

Bella Cinthia dove sei?” 

droppedimage
 

Quand en 1832, François-Joseph Fétis fut nommé directeur du nouveau Conservatoire de musique de Bruxelles, quittant pour cela la prestigieuse ville de Paris, personne ne pouvait prévoir quel impact il allait avoir sur le monde de la musique. Fétis avait le don d’attirer du talent dans son Conservatoire. A part ses écrits sur l’histoire de la musique et un grand nombre de critiques, il a pu constituer une collection très importante d’œuvres de compositeurs de toute l’histoire de ka musique. Après sa mort, sa bibliothèque personnelle a été offerte au royaume de Belgique et depuis, le Fonds François-Joseph Fétis est conservé et géré à la Bibliothèque royale de Belgique.

Peu de personnes savent qu’une très grande quantité de partitions, parmi lesquelles une part considérable de manuscrits authentiques, est conservé dans cette bibliothèque. A la demande de la section de musique de la Bibliothèque royale, Capriola di Gioia s’est plongée dans des manuscrits inutilisés jusqu’alors de la collection personnelle de Fétis.

Parmi ces manuscrits, nous avons découvert de magnifiques sonates pour soprano et basse continue de A. Scarlatti, de G.B. Pergolesi et autres, ainsi que plusieurs compositions anonymes. Nous avons aussi trouvé un grand nombre de sonates pour clavecin. Après une telle découverte, un concert présentant ces bijoux musicaux s’imposait. C’est un répertoire qui convient parfaitement à Capriola di Gioia. La première aura lieu la saison prochaine au Palais de Charles de Lorraine à Bruxelles.

Grâce à ce programme, le public fera connaissance avec cette nouvelle ‘musique ancienne’, peurêtre jamais exécutée. Il va de soi que ce concert sera une découverte unique et enrichissante pour l’amateur de musique baroque, toujours à la recherche de nouveautés. Il faut l’écouter et l’admirer, car « La beauté éveille l’amour » !

Distribution :

soprano, violon, théorbe, viole de gambe, clavecin